Alise-Sainte-Reine en Bourgogne site du siège d’Alésia

Alésia - Alise-Sainte-Reine - MuséoParc

Alise-Sainte-Reine

Alise-Sainte-Reine est une commune française située au centre du département de la Côte-d’Or en région Bourgogne-Franche-Comté, principalement connue pour avoir été le siège de la bataille d’Alésia.

Sur place on peut visiter : 

  • dans la plaine, le MuséoParc qui présente de façon détaillée le contexte historique, le récit de la bataille et les renseignements sur les fouilles
  • toujours sur le site du MuséoParc, une reconstitution des fortifications romaines
  • sur le Mont Auxois (village des gaulois assiégés), les vestiges de la cité gallo-romaine découverte à cet endroit
  • encore sur le mont Auxois la statue de Vercingétorix commandée par Napoléon III
Alésia - Alise-Sainte-Reine - fouilles du Mont Auxois

Alésia – Alise-Sainte-Reine – fouilles du Mont Auxois

La localisation d’Alésia à Alise-Sainte-Reine s’appuie sur la convergence d’un certain nombre d’indices, issus tantôt de la tradition littéraire et de la toponymie locale, tantôt des découvertes archéologiques accumulées sur l’oppidum même ainsi que dans ses environs immédiats, lieux de la tenue du dispositif de siège césarien.

 

Siège d’Alésia, le contexte historique

Le pari de César était une conquête rapide des Gaules, un ensemble de peuples divisées. Le but de César n’étant pas tant la conquête de la Gaule mais plutôt celle du pouvoir à Rome qui lui serait permise par son prestige de vainqueur des Gaulois. Une coalition de Gaulois lui a tenu tête emmenée par le chef arverne Vercingétorix. Celui-lui a même imposé une défaite lors du siège de Gergovie. Revoyant sa tactique et son approvisionnement, puis réussissant à encercler les troupes de Vercingétorix, Jules César tient sa revanche à Alésia.

Les forces en présence: 

  • Côté gaulois: 80 000 hommes assiégés, une armée de secours de 240 000 hommes dont 8000 cavaliers selon César
  • Côté romain: 10 à 12 légions romaines (60 à 72 000 hommes) et la cavalerie germanique – l’armée romaine comptait alors 23 légions… la moitié sont donc à Alésia
Alésia - Alise-Sainte-Reine

Alésia – Alise-Sainte-Reine

Le site d’Alésia. Positions des deux armées

César – Guerre des Gaules Livre 7 chapitre 69

Cette place était située au sommet d’une montagne, dans une position si élevée qu’elle semblait ne pouvoir être prise que par un siège en règle.  Au pied de cette montagne coulaient deux rivières de deux côtés différents. Devant la ville s’étendait une plaine d’environ trois mille pas de longueur ; sur tous les autres points, des collines l’entouraient, peu distantes entre elles et d’une égale hauteur. Sous les murailles, le côté qui regardait le soleil levant était garni, dans toute son étendue, de troupes gauloises ayant devant elles un fossé et une muraille sèche de six pieds de haut. La ligne de circonvallation formée par les Romains occupait un circuit de onze mille pas. Notre camp était assis dans une position avantageuse, et l’on y éleva vingt-trois forts, dans lesquels des postes étaient placés pendant le jour pour prévenir toute attaque subite ; on y tenait aussi toute la nuit des sentinelles et de fortes garnisons.

Alésia - Alise-Sainte-Reine & MuséoParc

Alésia – Alise-Sainte-Reine & MuséoParc

Alésia - Alise-Sainte-Reine - Vercingétorix

Alésia – Alise-Sainte-Reine – Vercingétorix

Le siège d’Alésia nécessite des constructions

Deux lignes de fortifications sont construites :

1 – La contrevallation, est édifiée pour empêcher les sorties des assiégés (longueur 14 km). Le système de fortification est constitué d’un fossé de 4,50 m de largeur et de même profondeur qui se remplit d’eau dans l’heure suivant son terrassement, du fait de la nature semi-marécageuse du site (vallum). La terre prélevée sert à construire un remblai (agger) de 3,50 m de haut. Il est surmonté d’une palissade avec pieux (pluteus). Des tours sont ajoutées tous les 24 m. En avant du fossé sont enterrés des petits pieux équipés de pointes de fer (stimuli). En avant des stimuli sont disposés sur huit rangs et en quinconce, des trous coniques de 90 cm de profondeur au fond desquels ont été calés des pieux acérés dissimulés par des broussailles : ce sont les lilia. Ensuite vient un second fossé de 4,50 m de profondeur et autant de largeur, suivi d’un autre fossé de 1,50 m de profondeur et 6 m de largeur, comblé de troncs dont les branches ont été taillées de manière à former des pointes acérées (cippi). Vingt-trois fortins (castella) renforcent cette ligne de défense. Rin n’est laissé au hasard!

2 – Les mêmes travaux sont effectués pour une deuxième ligne de défense (longueur  21 km), la circonvallation, tournée vers l’extérieur et destinée à protéger les assaillants d’une éventuelle armée de secours.

Les légions romaines se tiennent entre les deux lignes de fortifications.

Alésia - Alise-Sainte-Reine - plan des fortifications de César

Alésia – Alise-Sainte-Reine – plan des fortifications de César

La défaite des gaulois

L’armée de secours arrive devant Alésia peut-être fin septembre. Elle est commandée conjointement par Commios, le roi des Atrébates, Vercassivellaunos, le cousin de Vercingétorix. Elle est forte, selon César, « d’environ 240 000 » fantassins et de 8 000 cavaliers. La concentration d’hommes réunis dans cet affrontement décisif est extraordinaire : environ 400 000 combattants sont en présence, auxquels s’ajoutent la masse des civils emmenés avec les armées, les serviteurs et esclaves de l’armée romaine.

1 – Les troupes gauloises se postent sur une colline à mille pas des fortifications. La cavalerie gauloise passe à l’attaque. Mais l’infanterie romaine a pris position sur les lignes de circonvallation et contrevallation. Jules César envoie sa cavalerie et repousse l’attaque.

2 -Les gaulois fabriquent ensuite des passerelles pour passer les fortifications mais sans succès.

3 – Après des 2 échecs, une troupe d’élite de 60 000 hommes est constituée sous le commandement de Vercassivellaunos. Après une longue marche de nuit et une matinée de repos, Vercassivellaunos attaque le camp supérieur depuis la montagne nord – endroit le plus escarpé. Cette attaque est datée du 26 septembre 52 av. J.-C.  en raison de sa lune pleine, qui aurait permis à César de lancer sa cavalerie après la bataille à la poursuite de l’armée en fuite.  En même temps, la cavalerie gauloise s’approche des fortifications de la plaine et le reste des troupes se déploie en avant du camp gaulois. Vercingétorix sort de la ville avec tout son matériel d’assaut. Les Romains attaqués de toute part commencent à céder.

4 – Se voyant en difficulté, César envoie alors sa cavalerie qui contourne les gaulois pour les prendre à revers. C’est un massacre et Vercingétorix ordonne le repli des gaulois

5 – Enfin, le lendemain Vercingétorix décide de se rendre.

Alésia - Alise-Sainte-Reine - Vercingétorix

Alésia – Alise-Sainte-Reine – Vercingétorix

Articles similaires

Your email will not be published. Name and Email fields are required